Recherchez l'une de mes miscellanées

mercredi 31 mai 2017

Savez-vous dire non ?

"Penser, c'est dire non. Remarquez que le signe du oui est celui d'un homme qui s'endort; au contraire le réveil secoue la tête et dit non" (Alain, Propos sur les pouvoirs).

Savez-vous dire non ? Moi en tout cas, j'avais franchement du mal. Dire non à une amie, à un supérieur, à mes étudiants... Et après un énième incident domestique qui m'a tellement agacée, j'ai acheté le petit livre de Marie Haddou pour comprendre les tenants et les aboutissants de ce fameux non et pourquoi il est si dur de le dire...

Marie Haddou est psychologue : elle a écrit aussi sur le thème de la confiance en soi et du surmenage. Son ouvrage commence par une explication très intéressante sur les raisons qui nous poussent à dire oui, de guerre lasse, à des propositions qui nous déplaisent. Beaucoup de choses renvoient à l'enfance, au petit enfant en nous qui craint toujours que ses proches, et notamment ses parents, cessent de l'aimer s'il dit non. Sa docilité montre surtout l'importance de son besoin d'amour et de reconnaissance. D'où un conditionnement mental et des appréhensions largement fantasmées qui nous poussent à dire oui, nous poursuivent jusqu'à l'âge adulte et finissent par nous jouer des tours.

Car dire oui à tout nous retombe souvent dessus, l'avez-vous remarqué ? Le livre fourmille d'anecdotes et de petites scénettes dans lesquelles je me suis souvent reconnue. L'ami qui vous appelle à pas d'heure pour vous raconter sa vie alors que vous dormez le fait parce que vous l'avez laissé faire, en lui envoyant ainsi le message implicite que vos horaires et vos besoins n'ont pas d'importance face aux siens... Par ce qu'au fond de vous, vous avez peur qu'elle ne veuille plus être votre amie si vous dites non... Le subordonné que vous avez laissé outrepasser ses droits finit par vous considérer comme un "faible" qu'on peut contester et critiquer... Parce qu'au fond vous vous étiez fait des films sur sa réaction supposée en cas de "non". Alors que dans tous les cas, un "non "poli, souriant et ferme dès le départ aurait maintenu les relations sur un mode égalitaire bien plus agréable... Et on finit par stresser, par être gêné par des situations qui n'auraient même pas existé en s'affirmant poliment d'entrée de jeu. Car la difficulté à dire non s'accompagne bien souvent d'un problème de confiance en soi, d'estime de soi qui nous amène à trouver plein de bonnes raisons pour accéder au désir de l'autre en sous-estimant l'importance de notre propre désir.


Image : Pixabay 

Dans la seconde partie, l'auteure donne quelques pistes pour apprendre à dire non en douceur. J'y ai appris quelques petites astuces assez jubilatoires et laissé tomber quelques idées reçues. Je pensais notamment qu'un non ferme n'appelait pas de justifications, signe de faiblesse. Marie Haddou au contraire invite à exposer calmement mais fermement les raisons du "non", voire même, dans certains contextes (famille, amis) à proposer un compromis à l'autre. "Non Maman, je ne viens pas déjeuner ce dimanche, pas tous les dimanches. Je dois faire autre chose. Mais on peut se voir dans la semaine, si tu veux". 

Quitte, si l'interlocuteur se montre obtus, à dégainer la technique du "disque rayé" (répétition lassante des mêmes arguments en boucle) ou encore plus drôle et très efficace, celle de "l'écran de brouillard" qui consiste à répéter de façon dépassionnée les arguments et les protestations de l'autre sans lui laisser aucune prise ni occasion de se fâcher. Par exemple face à un client impoli qui fait pression sur vous pour obtenir un passe-droit : "Mais c'est scandaleux !" "Sans doute, c'est scandaleux". "Le client est roi, je vais me plaindre à votre chef !" "Faites donc". "Mais vous ne pouvez rien faire pour mon dossier ?" "Je crains que non..." Mon chéri est un vrai pro de cette technique : je vous garantis que ça marche ! 

Et vous, avez-vous du mal à dire non

8 commentaires:

  1. Je ne sais pas dire non. D'ailleurs c'est bien connu je suis très (trop ?) gentille et on me demande toujours tout et n'importe quoi ... J'essaie de travailler sur ce défaut mais c'est pas toujours facile ... Clairement le chantage affectif fonctionne sur moi :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas évident, c'est sûr ! Essaie quelques-unes des méthodes du livre, j'espère que cela t'aidera ! Le plus important est de rester sûr de soi, bien montrer à l'autre que l'on sait ce qu'on veut !
      bises

      Supprimer
  2. J'ai appris petit à petit surtout au boulot !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça au boulot c'est fondamental ! Sinon on se fait manger...
      Bonne journée !

      Supprimer
  3. Avec l'âge, on apprend que c'est vital de savoir dire non, même si ce n'est pas toujours facile... Bon courage !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai toujours su dire non, d'ailleurs c'est le premier mot que j'ai prononcé "non".
    Mais après il faut transformer le non en oui, comme disait José Saramago, et parfois c'est le plus difficile: dire non quand cela ne nous convient pas, mais aussi dire oui à sa vie, et aux choses....

    RépondreSupprimer
  5. Je fais partie de ces personnes qui ne savent pas dire non notamment dans le monde du travail... Bises :)

    RépondreSupprimer

Vous avez aimé ce billet ? Laissez-moi un petit mot, ça fait toujours plaisir ! Merci par avance ;-)